Quand Mercurochrome rend le quantified self abordable

0

Santée connectée et quantified self sont des mots qui commencent peu à peu à faire partie de notre quotidien. On assiste depuis plusieurs années à un véritable culte de la forme et du mieux-être et les marques l’ont bien compris… Et si la plupart des objets connectés restent globalement assez coûteux aujourd’hui, cela ne devrait bientôt plus être le cas. En effet, de nombreuses marques à l’instar de Mercurochrome souhaitent se lancer dans le marché porteur de la santée connectée en proposant des produits bien plus abordables, et donc accessibles à tous.

Stresser moins et dormir plus

La marque Mercurochrome, plutôt connue pour ses pansements et sa publicité légèrement irritante, a décidé de profiter du boom de la santé connectée pour développer deux bracelets connectés: le « Coach Forme et Sommeil », et le « Coach Stress ».
Le premier permettra au détenteur de suivre son état de forme ainsi que la qualité de son sommeil en mesurant son activité physique ainsi que ses différentes phases de sommeil. Les données collectées seront ensuite envoyées sur un mobile ou une tablette pour être analysée.
Le Coach Stress permettra de mesurer le stress à partir du rythme cardiaque de l’utilisateur et, comme pour le coach forme et sommeil, les données seront ensuite envoyées et analysées sur smartphone ou tablette. Muni d’une oreillette, l’utilisateur pourra bénéficier de conseils et d’exercices pour se détendre, le tout mumurée par une voix qui, espérons-le, sera différente de celle de la pub « mercurochrome le pansement des héros ».

La santé connectée, bientôt accessible à tous?

Certes, pas de grandes nouveautés par rapport aux objets proposés par la concurrence… Cependant, la marque souhaite surtout se positionner sur des produits d’entrée de gamme à des prix beaucoup plus abordables. Ainsi, les deux bracelets devraient être au prix de 39,90€, ce qui reste assez inférieur aux prix du marché.
Ils devraient être disponibles à la vente le 12 novembre 2014.

Une offre qui devrait définitivement permettre de démocratiser la santé connectée et l’usage d’objets connectés et peut être même banaliser cette nouvelle pratique. En espérant que cette démocratisation ne nous ménera pas vers une obsession du quantified self.

Leave A Reply